Date du 6 Septembre 2001               19 : 08 : 57-0700

 

L’homme est peu comme un sarment de vigne : il porte dans sa chair les stigmate de son expérience

Fugitifs lorsqu’il œuvre sur le tour, ses mains noyées de sciure se confondent aux pièces qu’il cisèle.

Dans son visage grimaçant courbé sur l’artefact, on peut lire le combat qu’il mène pour contraindre

La matière.

A chaque fois l’issue semble incertaine pour le regard profane tant il parait improbable d’obtenir courbes, pleins et déliés à partir d’écorces et de nœuds imbriqués. Et pourtant...

Et pourtant quand le bruit s’interrompt et que d’un coup de clef il libère la pièce, le tourneur vainqueur retrouve le sourire car il sait que cette fois, c’est lui qui a gagné.

Pierre DUCROCQ

Impression à la suite du tournage d’une séquence d’un film documentaire lors de l’exposition de Bernard CRUEIZE du 10 au 16 juillet 2001 à Montréal